© 2016 by Pascale with  Wix.com

Suivez moi !

  • Wix Facebook page

 

 

UNE DOULA, C'EST QUOI ? (Source Doulas.info)

 

"Doula" est un mot qui vient du grec ancien. Certains le traduisent par "celle qui sert la mère" mais c'est un euphémisme. En grec, doula signifie la femme esclave et aux temps de Socrate et de Périclès, le terme désignait la domestique qui s'occupait des tâches de la maison et en particulier des soins de sa maîtresse : sa beauté, sa santé, les soins, et naturellement la grossesse et l'accouchement.

Le mot "doula" est utilisé aujourd'hui dans le domaine de la périnatalité, pour nommer une femme qui a pour vocation d'aider une autre femme et son entourage pendant la grossesse, l'accouchement et la période postnatale, grâce à son expérience et à sa formation. Elle incarne la figure féminine qui se tenait autrefois auprès de la femme qui met au monde son bébé, aux côtés de la sage-femme.

En 2011, la définition du mot "doula" apparait dans le dictionnaire Hachette : « Femme qui accompagne une femme pendant sa grossesse et après son accouchement »

Pour l'association Doulas de France dont j’ai signé la Charte, la doula a pour vocation d'accompagner et de soutenir la future mère et son entourage pendant la grossesse, l'accouchement et la période postnatale, grâce à son expérience et à sa formation, et cela uniquement en complément du suivi médical choisi par les parents (hôpital, clinique, sage-femme libérale...). Elle accompagne sans discrimination liée aux origines, à la religion ou à la préférence sexuelle des parents. Une doula n'a pas de fonction médicale, elle n'est pas thérapeute. Elle soutient le travail des sages-femmes.

Aujourd'hui en France, il est rare qu'une mère soit suivie par la même personne tout au long de la grossesse, rare qu'elle connaisse la sage-femme qui sera présente lors de son accouchement et qu'elle ait pu établir une relation de confiance avec elle. Il est rare que la même sage-femme soit présente tout au long de l'accouchement surtout s'il est long. Si la mère est suivie par un obstétricien, si tout se déroule normalement, il est rare de le voir avant la phase ultime du travail. Dans la période postnatale, et au cours de l'allaitement, la femme voit, là encore, une sage-femme différente, des puéricultrices, infirmières, auxiliaires, aides soignantes, pédiatre, etc... toutes personnes hautement qualifiées, mais qui sont le plus souvent étrangères pour elle.
Les visites prénatales sont dans la plupart des cas très courtes, les cours de préparation, quand ils existent, peuvent être donnés par des sages-femmes encore une fois différentes, et les informations peuvent varier d'une personne à l'autre, ce qui est désorientant.


Le sentiment de sécurité intérieure de la mère est une clé pour qu'un accouchement se passe bien. L'environnement médical ne contribue qu'exceptionnellement à la sécurité affective et inconsciente de la mère. La présence d'une doula est une bonne réponse à ce besoin. Elle crée une continuité, établit une relation de confiance, de complicité et d'intimité de femme à femme, ce qui permet à la mère de se sentir en sécurité à chacune des étapes du déroulement de la naissance.

Elle peut intervenir avant même la conception, et étendre ses services jusque dans la période postnatale, celle-ci étant définie de la naissance à... 3 ans.

Dès les rencontres prénatales, la doula peut être une interlocutrice importante pour le père, qui bien souvent n'a pas de lieu de parole, ni de personne à qui poser ses questions durant la grossesse.
Elle peut lui apporter une aide morale, lui transmettre des outils qui ont aidé d'autres parents pour accompagner sa femme.

Une doula est disponible pour la mère et aussi pour son compagnon, à l'écoute de leurs questions. Elle les soutient dans leur quête de renseignements et les oriente vers les sources d'information, pour que le couple soit autonome dans ses décisions. Elle peut aussi en cas de besoin diriger les parents vers les médicaux ou vers des personnes spécialisées (conseillère en lactation, osthéopathe...), et aussi vers d'autres parents qui pourront partager leur expérience avec eux.

La plupart des doulas ont une double expérience de la naissance : celle d'avoir accouché elles-mêmes, et celle d'accompagner les femmes. Une doula a à cœur d'aider les parents à s'approprier cet événement. Elle sait que la femme a en elle les ressources nécessaires pour cela, et elle a confiance en la femme qui donne la vie. Elle a acquis des outils qui peuvent aider les mères à vivre leur accouchement dans le respect de leur corps et de leur enfant, dans le respect de leurs croyances, et dans le respect de la physiologie si celle-ci est possible et souhaitée.

Lors de l'arrivée d'un enfant, et en particulier du premier, la mère comme le père peuvent se trouver submergés par des émotions ou des questions et souvent ils sont sans interlocuteur. La doula peut les aider à créer un espace de confiance où ils pourront s'exprimer ensemble ou séparément. Elle pourra simplement les écouter et répondre dans la mesure du possible à leurs questions, leur apporter des informations, des suggestions, sans les juger. Elle pourra les soutenir dans leurs démarches si nécessaire et dans leurs choix. Elle pourra aussi les mettre en contact avec d'autres parents qui auront déjà vécu une expérience similaire et qui pourront partager ces vécus avec eux.

La naissance d'un enfant constitue l'un des évènements les plus marquants de la vie d'une femme. Pour certaines personnes, y compris les hommes, il peut s'agir d'une épreuve à dimension initiatique. Un besoin fondamental d'en parler à nouveau peut advenir et son corollaire, la nécessité d'être écouté(e) dans un esprit bienveillant devient indispensable. Une doula, témoin direct de l'évènement, peut permettre cela, participant également à son niveau, à la pérennité de la mémoire.

Pour la vie quotidienne : son rôle peut être très important dans la période postnatale, soutien indispensable à la femme dans ces moments sensibles, les plus beaux mais aussi parmi les plus difficiles de sa vie, à une époque où la famille est nucléaire, où elle ne bénéficie pas de l'aide de la vie communautaire. La doula peut aider à l'organisation du quotidien, parfois compliquée au début (gestion des aînés,portage en écharpe, trucs et astuces...).

Pour l'allaitement : la doula a souvent elle-même allaité, ce qui lui permet d'être un soutien réellement efficace pour la mère qui allaite. Les résultats des études le montrent.

__________________

 

SOURCE The Evidence for Doulas

© 2013 by Rebecca L. Dekker, PhD, RN, APRN of www.evidencebasedbirth.com

Document traduit par Pascale Gendreau, 2015

 

Il s'agit de la version mise à jour d'un article qui a été publié à l'origine en Juin 2012. En plus de la mise à jour de cet article, je me suis associée avec Doulaville Seattle et ImprovingBirth.org pour créer une version de cet article intitulé: "Doulas et fournisseurs de soins en santé –praticiens de santé-: Travailler ensemble pour une meilleure santé maternelle et infantile résultats» Pour télécharger le document gratuitement, cliquez sur le lien et il vous amène à un document Google. N'hésitez pas à imprimer le document et un lien vers lui sur vos sites Web. Merci à Jenne de Doulaville pour la création de ce document !

Qu'est-ce qu'une doula ?

Selon DONA International, une doula est une professionnelle qui est formée à l'accouchement et fournit un soutien continu à la mère avant, pendant et juste après la naissance (les doulas post-partum ne sont pas évoquées dans cet article). Doula vient d'un mot grec qui signifie «une femme qui sert» ou «servante».

Combien de femmes font appel à une doula ?

Dans une enquête de 2006 qui a eu lieu aux États-Unis, seulement 3% des femmes ont déclaré avoir eu recours à une doula pendant l'accouchement (Declercq et al., 2007).

Qu'est-ce que les doulas peuvent faire ?

Doulas  = « materner la mère ».

Dans le cadre de son métier, une doula :

    -  Fournit un soutien affectif
    -  Utilise des mesures de confort  :  la respiration, la relaxation, le mouvement, le positionnement
     - Donne des informations
     - Rassure en continu et s’occupe du confort de la mère (le mot clé est « continu », une doula ne quitte jamais la mère pendant toute la durée de l’accouchement)
     - Aide la mère à s'informer sur les différents choix de naissance
     - «Avocate » de la mère, elle permet de faciliter la communication entre la mère et les praticiens/professionnels de santé
     - Prend soin  du partenaire/compagnon . Mais leur préoccupation première est la mère

 

Il est également important pour vous de comprendre ce que les doulas ne peuvent pas faire :

- Les doulas ne sont pas des professionnelles de la santé

- Elles n'effectuent pas les tâches cliniques telles que des examens vaginaux ou la surveillance de la fréquence cardiaque fœtale

- Elles ne donnent pas de conseils médicaux ou de diagnostics

-  Elles ne vous jugent pas pour les décisions que vous prenez

- Elles ne laissent pas leurs valeurs personnelles ou préjugés influencer la manière dont elles prennent soin de vous (par exemple, elles ne devraient pas vous forcer à prendre des décisions juste parce que c'est l’option  qu'elles préfèrent)

- Elles ne prennent pas le rôle de votre mari ou de votre partenaire

- Elles ne pratiquent pas les accouchements

 

En quoi une doula est-elle différente d’une infirmière ou du partenaire/compagnon pendant le travail et l'accouchement ?

La chose la plus importante dont une femme a besoin pendant le travail est un soutien continu. Cela signifie que vous avez quelqu'un à vos côtés en continu, du début à la fin. Une doula ne vous quitte jamais. Les infirmières/sages-femmes ont de nombreuses autres responsabilités autres que vous. En plus des  soins pour vous, l'infirmière/sage-femme communique avec votre médecin, prend  soin d'autres patients, consulte les dossiers des patients, prend des pauses , et assume aussi d'autres responsabilités. Le soutien d'une infirmière/sage-femme se termine lorsque sa garde se termine.

La doula n'a qu'une seule obligation tout le temps qu'elle est avec vous : c'est VOUS!

Parfois, les gens pensent qu'ils n'ont pas besoin d'une doula parce que leur partenaire sera avec eux en permanence pendant le travail. Votre partenaire, sa présence à vos côtés,  est un soutien essentiel pour vous.  Cependant, votre partenaire devra aussi manger et s’absenter quelque fois pour faire des pauses. En outre, la plupart des partenaires ont une connaissance limitée de la naissance, des procédures médicales, ou ce qui se passe dans un hôpital. Les doulas et les partenaires peuvent travailler ensemble pour former une équipe de soutien efficace.

 

Alors, que disent les études au sujet des doulas ?

En 2012, Hodnett et al . ont publié dans la revue Cochrane une mise à jour sur l'utilisation du soutien continu aux femmes pendant l’accouchement. Ils ont partagé les résultats de 22 essais qui ont inclus plus de 15 000 femmes. Ces femmes ont été randomisées pour recevoir soit, un soutien continu en tête-à -tête pendant le travail ou les «soins habituels».  La qualité des études a été bonne.

 

Un soutien continu a été fourni soit par un membre du personnel de l’hôpital, comme une sage-femme ou une infirmière (9 études), les femmes qui ne faisaient pas partie du réseau social de la femme et ne faisait pas partie du personnel de l'hôpital ( doula 5 études ; éducatrices de la naissance 1 étude , infirmières à la retraite 1 étude ) , ou d'un compagnon du réseau social de la femme comme une parente ou le partenaire de la femme ( 6 études ). Dans 11 études, le mari / partenaire n'a pas été autorisé à être présent à la naissance, et le soutien de manière continue n’a été comparé à aucun soutien. Dans toutes les autres études, le mari ou le partenaire a été autorisé à être présent en plus de la personne qui fournit un soutien continu pendant le travail.

 

Globalement, les femmes qui ont reçu un soutien continu étaient plus susceptibles d’avoir des naissances vaginales spontanées et moins susceptibles d'avoir des médicaments contre la douleur, l'anesthésie péridurale, des sentiments négatifs à l'accouchement,  recours aux forceps ou  des césariennes. En outre, la durée de leur travail était plus courte de 40 minutes environ et leurs bébés étaient moins susceptibles d'avoir de faibles scores d'Apgar à la naissance.

Qu'est-ce que cela signifie ?

Cela signifie que si vous avez un soutien continu pendant le travail (c'est-à-dire quelqu'un qui ne vous quitte jamais), vous êtes statistiquement plus susceptibles d'avoir de meilleurs résultats et votre bébé est plus susceptible d'avoir de meilleurs résultats !

 

 Comment ne pas comparer les doulas aux autres types de soutien continu ?

Les chercheurs ont également cherché à savoir si le type de soutien fait une différence. Ils voulaient savoir qui vous choisiriez pour votre soutien continu ? Est-ce important si vous choisissez une sage-femme, doula, ou partenaire pour votre soutien continu?

 Ils ont pu examiner cette question pour 6 résultats : utilisation de médicaments contre la douleur, utilisation de Pitocin (ocytocine synthétique) pendant le travail, accouchement vaginal spontané, césarienne, admission aux soins spéciaux pour la mère après la naissance, et des expériences négatives de la naissance.

Pour la plupart de ces résultats,  les meilleurs ont été obtenus lorsque la femme avait le soutien du travail continu d'une doula, quelqu'un qui n'était pas un membre du personnel de l'hôpital et qui ne faisait pas partie du réseau social de la femme.

Lorsque le soutien continu pendant le travail a été fourni par une doula, les femmes ont connu une :

     Diminution de 31% de l'utilisation de Pitocin (ocytocine synthétique)
     Diminution de 28% du risque de césarienne
     Augmentation de 12% de la probabilité d'un accouchement vaginal spontané
     Diminution de 9% de l'utilisation de tous les médicaments pour soulager la douleur
     Diminution de 14% du risque pour le nouveau-né d’être admis en service néonat
     Diminution de 34% du risque d’avoir un sentiment négatif de l'expérience de la naissance

Pour quatre de ces résultats, ceux obtenus dans le cadre d’un travail accompagné par une doula étaient supérieurs à tous les autres types de soutien continu qui ont été étudiés. Pour les autres résultats, il n'y avait pas de différence entre les types de soutien continu.

 

 

Pourquoi les doulas sont-elles si efficaces ?

Il  y a 3 raisons principales pour lesquelles nous pensons que les doulas sont si efficaces.

La première raison est la théorie de l’ « environnement hostile ». Dans la plupart des pays développés, depuis la que la naissance a été déplacée hors de la maison vers  l’hôpital, les femmes ont donné naissance dans des conditions qui peuvent souvent être décrites comme difficiles. À l'hôpital, les femmes en travail sont souvent soumises à des routines institutionnelles, des taux élevés d'interventions, au  personnel qui sont des étrangers, au manque d'intimité, à un éclairage lumineux intense et des soins infirmiers divers. La plupart d'entre nous ont du mal à faire face à ces conditions quand nous nous sentons au mieux. Mais les femmes en travail  doivent  faire face à ces conditions difficiles alors qu’elles  sont dans leur état le plus vulnérable. Ces conditions difficiles peuvent ralentir le travail d'une femme et diminuer la confiance en soi de la femme. On pense qu'une doula  fait " tampon " dans cet environnement hostile en apportant un soutien continu et la camaraderie/sororité qui favorise l'estime de soi de la mère ( Hofmeyr , Nikodem et al . , 1991).


Un père dit : «Mon expérience m'a montré que, si vous donnez naissance à l'hôpital, dans centre de naissance ou à la maison , votre impact et votre capacité à se connecter et à soutenir votre épouse pendant le processus de naissance est à la fois soutenu et maximisé en ayant une doula dans  votre équipe " .

La troisième raison est que les doulas sont efficaces parce qu’elles sont une forme de soulagement de la douleur (Hofmeyr, 1991) . Avec le soutien continu, les femmes sont moins susceptibles de demander la péridurale ou médicaments contre la douleur (Hodnett, 2011).

Pourquoi les femmes soutenues par les doulas sont moins susceptibles de demander des analgésiques ? Eh bien, les femmes sont moins susceptibles de demander des analgésiques quand elles ont une doula parce qu'elles n'ont tout simplement pas autant besoin d'une péridurale ! Les femmes qui ont une doula sont statistiquement plus susceptibles de sentir moins de douleur quand une doula est présente. En outre, en évitant une anesthésie péridurale, les femmes peuvent éviter de nombreuses interventions médicales qui vont souvent de pair avec une péridurale, y compris l’administration d’ocytocine synthétique pendant le travail et la surveillance électronique continue/Monitoring du fœtus (Caton, Corry et al . 2002) .

.

References:

    Caton, D., M. P. Corry, et al. (2002). “The nature and management of labor pain: executive summary.” Am J Obstet Gynecol 186(5 Suppl Nature): S1-15.

    Declercq ER, Sakala C, Corry MP, Applebaum S. (2007). “Listening to mothers II: Report of the second national U.S. survey of women’s childbearing experiences.” The Journal of Perinatal Education 16:9-14.

    Hodnett, E. D. (2002). “Pain and women’s satisfaction with the experience of childbirth: a systematic review.” Am J Obstet Gynecol 186(5 Suppl Nature): S160-172.

    Hodnett, E. D., S. Gates, et al. (2012). “Continuous support for women during childbirth.” Cochrane database of systematic reviews: CD003766.

    Hofmeyr, G. J., V. C. Nikodem, et al. (1991). “Companionship to modify the clinical birth environment: effects on progress and perceptions of labour, and breastfeeding.” British journal of obstetrics and gynaecology 98(8): 756-764.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now